Accueil du site
D'origine étrangère et volontaire
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Les expositions virtuelles

D'origine étrangère et volontaire

Dès août 1914, des milliers d’étrangers rejoignent les rangs de l’armée française au sein de la Légion étrangère. Ils répondent pour certains à l’appel de plusieurs intellectuels parmi lesquels l’écrivain d’origine suisse, Blaise Cendrars. Dans le même temps, une loi du 5 août facilite la naturalisation des étrangers qui s’engagent. On compte ainsi près de 43 000 volontaires de 52 nationalités, en majorité russes, italiens, suisses, belges et britanniques. Parmi eux, Lazare Ponticelli, dernier poilu français, qui combat dans les rangs de la « Légion garibaldienne ». Créé à la fin 1915, le régiment de marche de la Légion étrangère sera parmi les plus décorés de France. S’ils ne sont pas étrangers, la contribution des soldats coloniaux de l’empire français, de l’Afrique et de l’Asie, mérite d’être rappelée ici, car ils ne bénéficient pas non plus du statut de citoyen français. Malgré leur engagement et la perte de 80 000 hommes, le « Code de l’indigénat » demeure jusqu’en 1946.