Accueil du site
Lendemain de guerre
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Les expositions virtuelles

Lendemain de guerre

De l'armistice au traité de paix

Le 11 novembre 1918 marque la fin des combats entre les Alliés et l’Allemagne. Les autorités militaires des deux camps signent le cessezle-feu dans la forêt de Compiègne. Il faut attendre le 28 juin 1919 pour que le traité de paix soit signé à Versailles. Il stipule la création d’une Société des Nations qui a pour objectif de préserver la paix et détermine les sanctions à l’encontre de l’Allemagne. Réduite sur le plan territorial, occupée à l’Est, affaiblie militairement, astreinte à de lourdes réparations financières, elle doit surtout accepter l’entière responsabilité du déclenchement de la guerre. Le traité est qualifié de diktat outre-Rhin. D’autres traités viendront compléter les dispositions de la paix pour l’ensemble des nations belligérantes jusqu’à celui de Lausanne, en 1923. La carte de l’Europe est profondément bouleversée au sortir de la guerre avec la disparition de quatre empires : allemand, austrohongrois, russe et ottoman. La jeune République de Weimar, en Allemagne, doit déjà faire face à de nombreuses difficultés politiques, économiques et sociales et supporter l’humiliation infligée par le traité de Versailles.

La fin d'une époque

Les bouleversements occasionnés par la guerre constituent une véritable rupture temporelle. Au sortir du conflit, l’expression spontanée de « Belle Époque » apparaît pour qualifier les décennies qui ont précédé au cours desquelles la France et l’Europe, en général, ont connu une certaine prospérité liée à l’essor industriel et des progrès sociaux. Pour autant, derrière la vision idyllique et nostalgique, la majorité de la population connaît encore durant cette période des conditions de vie plus que précaires. Mais l’expression dit bien les représentations françaises après la guerre, celles d’un « âge d’or » révolu et d’un présent et d’un avenir faits d’appréhension. C’est aussi à cette époque que naît la formule « Der des Ders » (dernière des dernières) pour dénommer ce qui doit être le premier et dernier conflit mondial...

Partager cette page  

Vue de l'expo