Accueil du site
La "Guerre Moderne"
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Les expositions virtuelles

La "Guerre Moderne"

La guerre de 14-18 marque une rupture radicale avec les affrontements précédents. Par son ampleur bien sûr, mais aussi par le recours aux innovations techniques dans le domaine de l’armement qui décuplent la capacité meurtrière. Mines, grenades, obus et gaz de combat produits massivement dans les usines de l’arrière contribuent à l’effroyable boucherie. Les premiers chars, britanniques, font également leur apparition. Les sous-marins ont une place stratégique dans la guerre navale. L’aviation est pour la première fois utilisée à des fins militaires. Quant à l’industrie automobile naissante, elle fournit voitures et camions pour le transport des soldats et de tout matériel.

Berliet, des origines à la guerre

Marius Berliet, fondateur des usines Berliet, est né e l’Automobile Marius-Berliet (Lyon) en 1866, à Lyon. Sa famille paternelle est originaire de Décines (commune iséroise jusqu’en 1967). En 1902, il acquiert à Lyon, dans le quartier de Monplaisir, les ateliers automobiles Audibert et Lavirotte, d’une superficie de 5 000 m2. En 1913, l’usine produit 3 500 véhicules, dont 300 camions. Dès août 1914, l’entreprise adapte sa production aux besoins de la défense nationale. Elle produit exclusivement des camions « CBA » utilisés par l’armée, des obus, ainsi que des chars Renault en 1918. En 1916, 40 CBA sortent quotidiennement des usines. Au total, 25 000 CBA sont livrés à l’armée française. Ces camions vont jouer un rôle central lors de la bataille de Verdun. Ils font partie des 3 500 véhicules utilisés quotidiennement sur la « Voie sacrée », vitale au ravitaillement de l’armée. L’organisation logistique de cette route de Lorraine est confiée au capitaine Aimé Doumenc, originaire de Grenoble. Dans l’urgence et sur une route médiocre, jusqu’à 300 véhicules par heure assurent le transit de plus de 2 400 000 hommes et de 2 000 000 tonnes de vivres et de matériels.

La Fondation Berliet

La Fondation de l’Automobile Marius-Berliet est créée en janvier 1982 par les descendants du constructeur lyonnais Marius Berliet et Renault Véhicules Industriels. Cette fondation, reconnue d’utilité publique, établit son siège dans la Villa Berliet à Lyon. Elle oeuvre pour sauvegarder et valoriser le passé de l’automobile dans la région lyonnaise, ainsi que l’histoire du camion, du car et des bus de marques françaises. Sur 7 200 m², le conservatoire de la fondation rassemble 250 véhicules restaurés et des moteurs. L’ensemble représente trente constructeurs de 1886 à nos jours.

Partager cette page  

Vues de l'expo