Accueil du site
Accueil / Les expositions / Poilus de l'Isère
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Les expositions

Poilus de l'Isère

L'exposition

Poilus de l'Isère

Exposition prolongée jusqu'au 12 octobre 2015

Préparée avec le concours de nombreux acteurs locaux, cette exposition est complémentaire de l'exposition À l'arrière comme au front du Musée dauphinois. C'est de l'engagement militaire des Isérois sur les champs de bataille dont il est question ici. Parmi eux, 17 000 à 19 000 hommes ont perdu la vie au cours de la Première Guerre mondiale. Tout en relatant les grandes phases du conflit, le musée reviendra sur les principaux faits d'armes au cours desquels ces soldats ont été engagés : les Vosges, la Somme, l'Artois, la Champagne, Verdun... en s'appuyant sur le parcours documenté de quelques-uns d'entre eux. Le musée souhaite à travers eux donner une vision assez représentative du vécu sur le front. Au lendemain de la guerre, cet engagement humain a été commémoré dans le département par l'érection de monuments aux morts et la tenue de cérémonies du souvenir qui n'empêcheront pas le déclenchement d'une nouvelle guerre mondiale en 1939. 

En partenariat avec les Archives départementales de l'Isère et le service départemental de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre de l'Isère

 

Exposition labellisée par l'État dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale

1915 - Fragments d'Histoire

Jusqu'au 12 octobre 2015

A l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère et le musée de Grenoble s'associent pour proposer une exploration numérique de l'oeuvre La Guerre, peinte par Othon Friesz en 1915.

Mobilisé en 1914, Othon Friesz est blessé en 1915. Il met à profit sa convalescence pour réaliser cette oeuvre aujourd'hui conservée au musée de Grenoble. Dans un contexte thès chaotique, il retrace de manière précise et documentée certains évènements marquants de cette première période du conflit.

1915 - Fragments d'Histoire offre une double lecture qui vous permet de revivre l'Histoire au Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, en lien avec l'exposition Poilus de l'Isère, et de parcourir le contexte artistique de cette époque charnière au musée de Grenoble.

Le camion type CBA Berliet 1913

Camion_Berliet

Du 12 novembre 2014 au 23 février 2015

Le Musée a accueilli, à l'occasion de l'exposition, un emblématique camion CBA appartenant à la Fondation Berliet. Conçu à la veille de la Première Guerre mondiale, il faisait partie des véhicules qui ont acheminé les soldats lors de l'épopée de la « Voie sacrée » de Bar-le-Duc à Verdun, en 1916. 



Berliet, des origines à la guerre
Marius Berliet, fondateur des usines Berliet, est né en 1866, à Lyon. Sa famille paternelle est originaire de Décines (commune iséroise jusqu'en 1967). En 1902, il acquiert à Lyon, dans le quartier de Monplaisir, les ateliers automobiles Audibert et Lavirotte, d'une superficie de 5 000 m2. En 1913, l'usine produit 3 500 véhicules, dont 300 camions. Dès août 1914, l'entreprise adapte sa production aux besoins de la défense nationale. Elle produit exclusivement des camions « CBA » utilisés par l'armée, des obus, ainsi que des chars Renault en 1918. En 1916, 40 CBA sortent quotidiennement des usines. Au total, 25 000 CBA sont livrés à l'armée française. Ces camions vont jouer un rôle central lors de la bataille de Verdun. Ils font partie des 3 500 véhicules utilisés quotidiennement sur la « Voie sacrée », vitale au ravitaillement de l'armée. L'organisation logistique de cette route de Lorraine est confiée au capitaine Aimé Doumenc, originaire de Grenoble. Dans l'urgence et sur une route médiocre, jusqu'à 300 véhicules par heure assurent le transit de plus de 2 400 000 hommes et de 2 000 000 tonnes de vivres et de matériels.

La Fondation Berliet
La Fondation de l'Automobile Marius Berliet est créée en janvier 1982 par les descendants du constructeur lyonnais Marius Berliet et Renault Véhicules Industriels. Cette fondation, reconnue d'utilité publique, établit son siège dans la Villa Berliet à Lyon. Elle œuvre pour sauvegarder et valoriser le passé de l'automobile dans la région lyonnaise, ainsi que l'histoire du camion, du car et des bus de marques françaises. Sur 7 200 m², le conservatoire de la fondation rassemble 250 véhicules restaurés et des moteurs. L'ensemble représente trente constructeurs de 1886 à nos jours.

Les outils pédagogiques

À l'occasion de la nouvelle exposition temporaire du Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère présentée à partir du 12 novembre 2014, qui rendra hommage aux Poilus de l'Isère engagés dans le confilt de la Première Guerre mondiale, le service éducatif vous propose une offre pédagogique dédiée !

DECOUVRIR L'OFFRE PEDAGOGIQUE

Partager cette page  

  Accueil  | 

Le dossier de presse