Accueil du site
Accueil / Le musée / Résister aujourd'hui
Votre barre d'outils Diminuer la taille de la police (petite).Augmenter la taille de la police (grande).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs.La mise en forme courante correspond à celle par défaut. Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyer à un ami

Le musée

Résister aujourd'hui

Nouvelle présentation de la partie finale du parcours

En permanente évolution, pour tenir compte des progrès de la connaissance historique et rester en prise avec l'actualité, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère renouvelle ses présentations. Après plusieurs rénovations, en 2001 et 2008 notamment, c'est au tour de la dernière partie du musée de connaître une réactualisation. Inchangée depuis l'ouverture du musée, en 1994, cette dernière partie devait être réaménagée pour illustrer, notamment, le lien qui unit la Résistance aux Droits de l'Homme.

 Au début des années 1990, tandis que le programme muséographique du futur musée départemental est mis à l'étude, en étroite relation avec les anciens combattants, résistants et déportés, fondateurs du premier Musée de la Résistance, une entente s'établit pour évoquer, en fin de parcours, l'actualité des valeurs de la Résistance.

C'est avec cette même préoccupation, qu'à travers une installation audiovisuelle interactive originale, conçue dans un esprit pédagogique et didactique, l'ultime partie du musée montre combien les attendus du programme du Conseil national de la Résistance de 1944 restent d'actualité et entrent en résonnance avec ceux de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948. Requérant la participation du visiteur, elle l'invite au débat, le confronte à des témoignages du quotidien et lui donne des clés pour prolonger au-delà du simple cadre du Musée sa propre réflexion personnelle et citoyenne.

Le concept

Ce nouvel aménagement a pour objectif de mettre en lumière, par le biais d'un dispositif multimédia original, sept thématiques issues du programme du Conseil National de la Résistance du 15 mars 1944 : le visiteur choisit lui-même lequel des sept personnages il veut entendre. Dès qu'il s'est exprimé, deux propositions A et B s'affichent entre lesquelles ce visiteur est invité à choisir en se positionnant dans l'espace. Aussitôt s'affichent sur l'écran les pourcentages de ceux qui ont répondu A et B. Un second personnage, fils de résistant, vient alors commenter les questions mises au vote. Si le choix est laissé au visiteur de déclencher sept fois de suite le dispositif, selon ce même scénario, il lui est par contre demandé à chaque fois de prendre position. Il lui est ainsi suggéré qu'il existe des réalités devant lesquelles il n'est pas possible de rester passif.

Les personnages

Jean M.
Assurer l'établissement de la démocratie la plus large en rendant la parole au peuple français
Fils de résistant, Jean raconte l'implication de son père au sein de la Résistance et exprime la volonté des anciens déportés et résistants de perpétuer la mémoire de la Résistance au-delà des années 40. Il explique le contexte de l'après-guerre et l'esprit dans lequel a œuvré le Conseil national de la Résistance. Jean, qui présente chacun des personnages et intervient de nouveau à la suite de leur intervention, incarne la transmission de l'héritage de la Résistance.

Alex B.
Assurer le respect de la personne humaine
Alex parle de son engagement auprès d'Aghilès, adolescent menacé d'être expulsé de France, ainsi que du soutien dont celui-ci a bénéficié. Cette forte mobilisation a permis au jeune lycéen de poursuivre ses études en France. Une question vient clore l'histoire d'Alex et interpelle le visiteur sur son propre positionnement face à cette situation. Jean M. intervient par la suite en décrivant l'ampleur de la mobilisation mais aussi les enjeux économiques et moraux qui rendent toute prise de décision difficile par rapport aux « sans-papiers ». 

Bruno G.
Assurer à tous les citoyens des moyens d'existence
Bruno est médecin, bénévole. Il tente de venir en aide aux sans domicile fixe. Confronté chaque jour à la misère et à la souffrance morale, il se questionne sur la nécessité de contraindre une personne à accepter un toit pour un soir de grand froid si celui-ci s'y refuse. Jean M. présente ces bénévoles comme les nouveaux justes, ceux pour qui la misère de chacun demeure un combat permanent.

Alice L.
L'égalité absolue de tous les citoyens devant la loi
Alice est caissière dans un supermarché, elle fait état des discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien. Des revendications salariales à celle d'être simplement une mère, elle permet au visiteur de réfléchir sur la notion d'égalité homme/femme. Sont ensuite rappelés au visiteur les différents combats menés par les femmes pour acquérir une reconnaissance et une légitimité.

Perrine P.
Assurer la sécurité de l'emploi
Perrine possède une boutique de prêt-à-porter, elle emploie depuis quinze ans Monique. Malgré la qualité de son travail, aujourd'hui, pour des raisons financières, elle se voit contrainte de la licencier. Pourtant cette situation la révolte. Comment faire pour protéger des individus menacés d'exclusion sociale, qui perdent toute confiance en eux dans une société où les inégalités semblent être de plus en plus marquées ?

Mathieu G.
Assurer la liberté de la presse
Etudiant à Sciences Po, Mathieu dénonce les dérives médiatiques, la simplification de l'information à sa plus brève expression et les prises de position conventionnelles et conformes des médias. Il questionne le visiteur sur la liberté d'expression et l'indépendance de la presse aujourd'hui en, France et dans le monde.

Sophie V.
Bénéficier de l'instruction et accéder à la culture la plus développée
Sophie est comédienne ou intermittente du spectacle, selon la catégorisation des ASSEDIC. Elle témoigne de son amour pour son travail, du fait qu'elle aimerait pouvoir en vivre financièrement mais que parfois elle se sent marginalisée voire déconsidérée.

Quelques photos...

Partager cette page  

  Accueil  | 

Retour...